Accueil > Version française > Usagers > La sécurité routière

La ceinture de sécurité



Fiche 3.1.5 La ceinture de sécurité

-  S’attacher à la vie
-  La ceinture à l’avant, une obligation
-  Les idées reçues et les situations trompeuses
-  L’enfant passager de la voiture
-  Comment fonctionne une ceinture ?
-  La femme enceinte
-  Les sanctions
-  S’attacher à la vie !

Parce qu’on n’est pas forcément convaincu de son utilité, on ne porte pas systématiquement sa ceinture de sécurité ! Certaines situations comme les trajets quotidiens ou le fait que la voiture soit dotée d’airbags ou de renforts latéraux portent certains à croire que la ceinture est superflue. Si tout le monde bouclait sa ceinture, à l’avant comme à l’arrière du véhicule, même pour faire quelques centaines de mètres, cela permettrait d’épargner de nombreuses vies et d’éviter de nombreux blessés graves.

Quelque soit le trajet ou la place occupée dans la voiture, il est illusoire de penser pouvoir sortir indemne d’un choc sans ceinture !

Savez-vous qu’à 50 km/h, un choc sans ceinture :

-  équivaut à une chute d’un 3ème étage ;

-  transforme un enfant de 30 Kg en un projectile d’une tonne ;

-  transforme votre siège conducteur en mur de béton pour le passager non ceinturé qui se trouve derrière vous ?

Ainsi, le non respect du port de la ceinture de sécurité est un facteur aggravant des accidents de la route, multipliant par 3 le risque d’être tué.

En 2007, en France, 393 vies auraient pu être sauvées si tous les occupants des véhicules avaient attachés leurs ceinture de sécurité (70% pour les conducteurs, 13% pour les passagers avant et 17% pour les passagers arrières) (sources ONISR 2007). En Polynésie, si l’on considère les 42 tués de 2007, 4 d’entre eux seraient encore parmi nous…

Retour au sommaire

-  La ceinture pour tous, une obligation

Il ressort que dans certains accidents, des conducteurs ou passagers avant ont trouvé la mort parce qu’ils n’étaient pas ceinturés. Un adulte de 70 Kg, dans un choc frontal à 50 Km/h, se transforme en un projectile de 2,8 tonnes. Sans ceinture, il sera éjecté du véhicule alors qu’avec, il restera solidaire de ce dernier. Une ceinture est faite pour résister à une force de 3 tonnes !

En cas d’éjection, si l’occupant ne décède pas, les conséquences physiologiques sont dévastatrices, entraînant des opérations chirurgicales lourdes, avec des périodes de ré éducation longues et douloureuses. Les séquelles qui en découleront seront des handicaps à vie et des défigurations irréversibles.

L’arrêté n°232/CM du 06 février 2009 instaure depuis le 1er mai 2009, l’obligation du port de la ceinture de sécurité à l’arrière. Cet arrêté vient modifier notamment, l’arrêté n°1632/CM du 30 octobre 2003 qui imposait le port de la ceinture à l’avant.

Le port de la ceinture de sécurité est désormais obligatoire pour tous conducteurs et passagers (places avant et arrière) de véhicules répondants aux catégories B et C du permis de conduire.

Cette réglementation s’applique systématiquement à tout véhicule réceptionné et immatriculé à compter du 1er mai 2009.

Il appartient donc aux concessionnaires ou propriétaires de vérifier que le véhicule est équipé de systèmes de retenue aux normes et de procéder, le cas échéant, à la pose de ceintures de sécurité homologuées avant de demander la réception par type, à titre isolé et/ou la demande d’immatriculation.

Pour les véhicules immatriculés avant le 1er mai 2009 qui ne disposeraient pas de ceintures de sécurité homologuées à l’arrière, les propriétaires ont jusqu’au 1er mai 2011 pour procéder à l’installation de systèmes de rétention aux normes. Si le véhicule dispose de ceintures aux normes, le conducteur et ses passagers doivent s’attacher.

Conducteur, vous êtes responsables !

Tout conducteur de véhicule répondant à la catégorie B et C du permis de conduire a la responsabilité de s’assurer que ses passagers de moins de 18 ans sont convenablement maintenus soit par un système homologué de retenue pour enfant, soit par une ceinture de sécurité.

Le transport d’enfants

L’arrêté n°1632/CM du 30 octobre 2003, prévoit que tout conducteur de véhicule répondant à la catégorie B du permis de conduire doit s’assurer que les enfants de moins de 10 ans ou mesurant moins d’un mètre cinquante transportés dans son véhicule sont retenus par un système homologué de retenue pour enfant adapté à leurs morphologies et leurs poids.

L’arrêté n°232/CM du 06 février 200, visé en première référence, complète le dispositif en précisant que le transport d’enfants de moins de 10 ans sur un siège avant d’un véhicule à moteur est interdit, sauf :

- quand il est transporté dos à la route et/ou face à l’arrière du véhicule, installé dans un système de retenue pour enfant répondant aux groupes O pour les enfants pesant moins de 10 kg ou O+ pour les enfants pesant moins de 13 Kg et que les coussins gonflables de sécurité sont désactivés ;

- quand le véhicule ne comporte pas de sièges arrières ou que ces derniers ne soient pas équipés de ceintures de sécurité ;

- quand les sièges arrières sont momentanément inutilisables ou occupés par des enfants de moins de 10 ans sous réserve qu’ils soient installés dans des dispositifs de retenue pour enfant.

Pensez-y ! Conducteurs ou passagers, attachez vous à la vie !

Retour au sommaire

- Les idées reçues et les situations trompeuses

Le trajet habituel, le trajet court…

Les accidents de la route se produisent le plus souvent près du domicile. Pour aller au magasin chercher le pain, louer une vidéo, se rendre au travail. Les trajets connus appellent une baisse de la vigilance et le port de la ceinture fait partie des règles que l’on oublie.

De même, le parcours de tous les jours s’avère être le plus dangereux…on ne roule pas vite, on connaît chaque détail du réseau, mais on oublie de s’attacher. Il faut savoir que même un choc frontal à 20 km/h, sans ceinture peut être fatal.

Selon des statistiques généraux, deux accidents sur trois ont lieu en agglomération, et un sur trois est mortel…pensez – y !

L’accident de la route dans le cadre du travail

Beaucoup de déplacements sont motivés par une activité professionnelle : livreurs, taxis, démarcheurs, commerciaux… Parce que l’on s’arrête régulièrement, on ne prend plus la peine de s’attacher entre chaque arrêt et la fatigue aidant, l’accident se produit.

L’accident de la route est la première cause de décès dans l’accident du travail. Chefs d’entreprise, n’hésitez pas à rappeler l’importance du port de la ceinture.

Retour au sommaire

- L’enfant passager de la voiture

Chaque année, les accidents de la route font des victimes parmi les jeunes enfants. Si tous ne périssent pas de leurs blessures, ils peuvent être sérieusement blessés et traumatisés.

Il existe donc des systèmes de retenue pour tous les âges. L’utilisation de ces derniers est obligatoire en Polynésie française depuis 2003 (Arrêté n°1632 CM du 30/10/03).

Parents, soyez responsables et ne transportez jamais vos enfants sans dispositifs de retenue, votre négligence peut avoir de lourdes conséquences pour votre enfant.

N’oubliez pas que dans de nombreux cas où l’enfant est décédé, faute de système de retenue, se sont les parents qui ont à assumer la responsabilité psychologique, morale et juridique de sa mort.

Pour en savoir plus sur les systèmes de retenue pour enfants, consultez notre rubrique sécurité routière « les passagers ».

Retour au sommaire

- Comment fonctionne une ceinture ?

La ceinture de sécurité fait partie du dispositif de sécurité passive de votre véhicule.

Elle est conçue pour vous retenir, alors qu’en cas de choc et sans elle, vous seriez éjecté à la vitesse de votre véhicule.

Elle est conçue et homologuée pour exercer une retenue sur votre corps, au niveau du thorax et du bassin. Résistante à des efforts de plus de 3 tonnes, elle supporte, en utilisation normale, des efforts de 600 à 700 Kg. Son rôle est donc d’assurer que votre corps reste solidaire de votre véhicule.

C’est un système complexe combinant plusieurs dispositifs complémentaires :

-  trois points d’ancrage pour améliorer le couplage entre le corps et le siège ;

-  un enrouleur – bloqueur qui bloque le déroulement de la ceinture dès qu’on la tire trop violemment ;

-  un prétendeur ou rétracteur de sangle qui est un dispositif pyrotechnique qui tire la ceinture vers l’arrière au moment du choc. Il rattrape ainsi le jeu éventuel entre la ceinture et le corps au moment de l’impact du véhicule ;

-  un limiteur d’effort qui permet à la ceinture de ne pas être trop rigide lorsqu’elle exerce des contraintes sur le thorax.

Retour au sommaire

- La femme enceinte

Certaines femmes enceintes ne portent pas leur ceinture de sécurité car elles disent craindre que la ceinture écrase le fœtus en cas d’accident ou d’arrêt brusque. D’autres pensent que la ceinture peut provoquer une rupture de l’utérus ou un décollement du placenta.

En fait, il est prouvé que, dans la presque totalité des accidents impliquant une future mère, c’est la mort de celle-ci qui entraîne le décès du fœtus et non la pression exercée par la ceinture.

En limitant les mouvements de la partie supérieure du corps, la ceinture de sécurité maintiendra la mère le plus loin possible du volant ou du tableau de bord. Elle répartira la force d’impact sur les parties les plus solides de son corps, à savoir les structures osseuses du thorax et du bassin. Le fœtus est protégé de façon toute naturelle par les os, les tissus musculaires et le liquide amniotique de la mère.

Retour au sommaire

- Les sanctions

Sont punis d’une amende forfaitaire de 4ième classe, soit 16 100 F CFP, majorée à 44.700 F CFP si l’amende n’est pas payée sous un mois :

-  le défaut de port de ceinture de sécurité aux places avant et arrières ;

-  le défaut de port de ceinture de sécurité pour le conducteur de motocyclette muni d’une ceinture de sécurité ;

-  le port de ceinture de sécurité non homologué ;

-  le défaut de système de retenue pour enfants (« siège auto »).