Accueil > Version française > Usagers > La sécurité routière

La fatigue



Fiche 3.1.6 La fatigue

-  S’endormir au volant, un vrai cauchemar !
-  Êtes-vous un conducteur à risques ?
-  Apprenez à reconnaître les signes avant-coureurs de la fatigue
-  Les cycles du sommeil
-  Pour prévenir la fatigue et éviter la somnolence
-  Le saviez-vous ?

-  S’endormir au volant, un vrai cauchemar !

Pour bien conduire, il faut être en possession de tous ses moyens. Un conducteur fatigué, parce qu’il est moins vigilant, représente un danger pour lui-même et pour les autres.

Si vous « piquez du nez » derrière le volant, vous risquez fort d’avoir de mauvaises surprises à votre réveil. Si toutefois vous vous réveillez…

Retour au sommaire

-  Êtes-vous un conducteur à risques ?

Selon plusieurs études combinées, on classe les conducteurs sujets à la fatigue en trois groupes :

-les conducteurs de moins de 25 ans, particulièrement les hommes, parce qu’ils ont davantage besoin de sommeil que les personnes plus âgées ;

-les conducteurs de 50 ans et plus, car ils présentent un taux plus élevé de troubles du sommeil ;

-les travailleurs qui ont des horaires irréguliers (alternance jour-nuit, travail de nuit, horaire entrecoupé, heures de livraison,…), parce qu’ils dorment en moyenne une heure et demie de moins par jour.

Hors catégories, les consommateurs d’alcool, de médicaments ou de drogues, car les effets de ces psychotropes diminuent leur vigilance et accentuent l’état de fatigue.

Sachez que si vous ne dormez pas assez, vous accumulez une « dette de sommeil ». Or, une « dette » de cinq heures vous fera le même effet que si vous aviez bu deux ou trois verres de vin. De plus, après 19 heures d’éveil, votre temps de réaction sera jusqu’à 50 % plus lent : c’est pire que si vous aviez un taux d’alcool de 0,50 g/l de sang. Et si vous répondez à ces deux CONDITIONS, vous êtes littéralement « ivre de fatigue ».

Retour au sommaire

-  Apprendre à reconnaître les signes avant-coureurs de la fatigue

Si vous répondez oui à une seule de ces questions, mieux vaut vous arrêter et repartir en pleine forme.

Retour au sommaire

-  Les cycles du sommeil

C’est en début d’après-midi, entre 13 h et 15 h, et la nuit, entre 2 h et 6 h, que les risques de s’endormir au volant sont les plus élevés. Pourquoi ? Parce que le corps suit un cycle quotidien qui comporte des « moments creux » pendant lesquels le métabolisme ralentit, la vigilance diminue et la fatigue se fait sentir.

Retour au sommaire

-  Pour prévenir la fatigue et éviter la somnolence

Pour rester en vie, il faut connaître ses limites ! Quelques petits conseils utiles, valables tant sur le Fenua que dans les autres pays :

-Avant de prendre la route pour un long trajet, accordez-vous une bonne nuit de sommeil de huit heures.

-Planifiez vos voyages en tenant compte des « moments creux ». Par exemple, évitez de traverser une zone de trafic intense en début d’après-midi.

-Prenez des repas légers et ne buvez pas d’alcool avant de conduire.

-Entraînez-vous à détecter les premiers signes de fatigue. Dès leur apparition, arrêtez-vous pour vous reposer.

-Vous sortez de l’avion après un long voyage, attention au décalage horaire !

-Ne conduisez pas plus de quatre heures consécutives et, idéalement, pas plus de deux heures. Sortez de votre véhicule pour relaxer et dégourdir vos muscles.

-  Pour prévenir la fatigue visuelle :

-La nuit, diminuez l’intensité de l’affichage du tableau de bord : les contrastes lumineux augmentent la fatigue visuelle ;

-Ne placez pas d’objets sur le tableau de bord : ils se réfléchissent dans le pare-brise et amplifient la fatigue visuelle ;

-Nettoyez régulièrement le pare-brise et les rétroviseurs : une meilleure visibilité diminue la fatigue visuelle.

Et, rappelez-vous : le repos est le seul remède contre la fatigue !

Retour au sommaire

-  Le saviez-vous ?

Des études ont révélé que :

-31 % des conducteurs ayant des épisodes de somnolence ne reconnaissent pas les premiers signes de fatigue ou n’en tiennent pas compte ;

-dans 50 % des accidents liés à la fatigue, le conducteur est âgé de 25 ans ou moins ;

-dans 40 % des accidents liés à la fatigue, le conducteur est éveillé depuis plus de 17 heures.

Retour au sommaire